Copyright ©Romain Laurendeau
logo

Tenkoto

Quarante degrés Celsius, l’air est moite, étouffant. Le soleil tape fort, mais ici, il fait noir. La scène se passe sous terre. Un homme est accroupi, une lampe torche accrochée autour de la tête, il a peur mais s’acharne a gratter les parois de la mine à l’aide d’une pioche de fortune. Cela se passe en 2012 près de Tenkoto, village sénégalais de dix mille âmes, véritable melting-pot de toutes les nationalités frontalières. Des hommes issus d’ethnies différentes et pourtant tous touchés par la même fièvre, celle de l’or.